Firenze, Lettre 1 – 06.11.2016

img_9976

À Florence, le 30 mars 2016

Nous sommes arrivés hier soir vers 20h. Nous logeons dans un hôtel super bien placé. Très proche du centre historique; au bout de notre rue se trouve la sublime cathédrale Santa Maria del Fiore pour te dire !
Après 3H de route, de chansons, de blagues de Quentin et d’énervement sur la conduite approximative italienne, nous nous sommes douchés/préparés et sommes partis découvrir la vie nocturne Florentine. De petites ruelles étroites, des pavés, beaucoup de pavés, des italiens charmants, qui parlent forts, une piazza del Duomo (sinon nous ne trouverions pas en Italie), et du Prosecco, beaucoup de Prosecco seront les uniques choses que je te conterais. Nous étions assez fatigués, voulions profiter du lendemain et avions peut être un peu forcé sur ledit Prosecco.
Aujourd’hui, il fait un temps splendide.
À côté de notre hôtel se trouve un jardin superbe, pleins de fleurs, pleins de couleurs, pleins d’odeurs, j’ai adoré le traverser.
On parle, on rigole, et sans m’en rendre vraiment compte, on arrive devant La Cathédrale. Je suis franchement sans voix.
J’aimerai que tu vois ça. C’est tellement beau. Je n’arrive pas à détacher mon regard de tous ces infimes détails qui ornent sa façade. Les couleurs sont pâles, le blanc et le vert dominent. Je n’en reviens pas de tous ses détails. Comment ces gens ont-ils pu construire des monuments de la sorte avec les moyens qu’ils avaient ? Où puisent-ils leur génie ? Leur créativité ? Ah ces Italiens ! Ils font tout Mieux* c’est fou. Nous sommes entrés en son sein, et je ne savais pas où donner de la tête, je regardais le sol, les parois, les détails, le dôme, l’autel. J’ai pensé à toi si fort.
Ah, je ne t’ai pas dit ! J’essaie de filmer. J’aimerai bien créer un petit film de ce nouveau voyage. C’est une chouette manière de créer des souvenirs aussi, ne crois-tu pas ? On verra ce que ça donne ! En tout cas, je filme tellement tout et n’importe quoi, tu me connais, que Quentin n’en peut plus ! Je l’exaspère je crois haha. Mais je ne veux rien rater. Qui sait si j’y retournerai ?

img_9895img_9953img_9991img_9943img_0202

On s’est baladés dans tout le centre historique, les boutiques et cafés sont tellement jolis. Assez ancien, tu sais, dans le style de La Cure Gourmande à Carcassonne, tu te souviens ? Tu étais devenu fou tellement j’avais passé de temps à tout prendre en photos. Hahaha.
Il y a beaucoup de boutiques indépendantes, de cuir, de cravate, de soie. Inutile de te dire à quel point je suis aux anges. Il y a aussi les boutiques de luxe, mais même celles-ci, elles ont un cachet différent. D’ailleurs, il faut que je te raconte, ça va te rappeler des souvenirs. Roisin a voulu rentrer chez Dior, nous y avons passé un temps fou, et les garçons, qui nous attendaient dehors ont manqué nous tuer. Je ne te fais pas un dessin, j’imagine que tu visualisera très bien la tête qu’ils tiraient lorsque nous sommes sortis. Hahaha.
Tu me manques.

Après mangé, le temps à complètement changé, il s’est mis à pleuvoir, et nous en avons donc profité pour passer du temps à découvrir tous les trésors que possède la Galerie d’Art Moderne.
Je t’écris de l’hôtel, où, après une petite sieste, un nombre incalculable de conneries de Quentin, et une nouvelle robe enfilée, nous sommes déjà prêt à repartir. Visiblement, la pluie ne s’est toujours pas arrêtée, je crois donc que les garçons ont décidé de nous amener dans une sorte de marché couvert. Je te raconterai la suite du voyage demain. Mais je peux déjà te dire que Florence respire Art, Beauté et Magnificence.

Je t’embrasse câlin, je t’embrasse coquin.

Caroline

img_9916img_9943img_9968img_0191img_9936

A l’heure du changement, de l’excitation, du stress, de la peur et de l’envie, il est bon de se replonger dans ce que l’on connaît, ou a connu. Se souvenir de quelque chose qui nous réconforte, nous a plu et ému. Quelque chose qui fais revivre en nous de beaux sentiments. Des sentiments que l’on ne parvient que très rarement à exprimer; ceux qui nous donne l’envie de sourire pour aucune raison précise, sourire à sentir son coeur s’emballer, vivre le moment pleinement et s’avouer à quel point la vie est belle et nous réserve un infini d’instants dont on ne soupçonne l’existence, avant qu’il ne se déroule, là, juste devant nous.

Aujourd’hui, je voulais donc enfin vous présenter Florence. Florence, comme je l’aurai raconté.

Et vous, Florence, vous la connaissez ? Vous l’avez aimé ? Vous aimeriez la découvrir ?

Bisous, bisous

img_9956img_0207img_0056img_9902img_9989

Je vous écrirai dans un prochain article mes petites adresses 😉

lecieletlesetoiles

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s