La vie, un an après – 1.11.2015

ce87c2becd31df32e01d3bbc0a17f08f

Je l’écris, je l’écris pas. Oui, non. Non, oui. T’en as envie ou pas ? (Je demande à mon moi intérieur, oui parce que moi je parle beaucoup avec mon moi intérieur hahaha). Et puis finalement : oui. Peu importe au fond, j’écris ici parce que ça me fais du bien, alors je vais pas commencer à me poser 80000 questions. (Se poser des questions ? Moi ? Connais pas !!! 😉 )

Pour moi les mois d’anniversaire : célébration d’un mois supplémentaire dans la vie d’un couple souvent. Ou bien celle d’une nouvelle vie (exemple : un mois de plus que je vis à Reims). Se prend aussi à sens inverse lorsque l’on n’apprécie pas cette nouvelle vie mais que l’on sait qu’elle a une durée limitée. hahahah ) sont similaires aux dates d’anniversaire : comprenez célébration d’une année supplémentaire dans la vie de chaque être humain. (Moi parlez peitit chi***)  Ouuuups.

-> Degré d’importance : 10 (sur une échelle de 1 à 10)

Toute personne me connaissant, sait qu’une date « anniversaire » est TRES importante pour moi. Qu’il s’agisse des autres ou du mien, j’y accorde énormément d’importance. Et samedi dernier est arrivé cette date là*. On pourrait dire cet « anniversaire » là en somme; mais l’anniversaire est tellement liée à la célébration heureuse d’un évènement que je n’arrive pas à l’y associer.

Le temps coule, le temps passe, le temps nous file entre les doigts. Les dates « d’anniversaires » sont d’ailleurs bien là pour nous le rappeler. (sinon à quoi serviraient elles d’ailleurs ? Ok, ok, mis à part rassembler famille et amis ET recevoir des cadeaux  ET boire du champagne ET se sentir un peu beaucoup unique ce jour là ! Tout compte fait elles servent peut être à pas mal de choses ces dates « d’anniversaire » hahaha ). Nous rappeler qu’une nouvelle année vient de s’écouler, nous rappeler que le temps est précieux, chaque seconde doit en être savouré. Nous rappeler que si nous pensions que ce* moment là datait d’hier, et bien non … c’était il y a déjà 1 an.

1 an jour pour jour (ou presque… le temps que je me décide à écrire, effacer, réécrire, peaufiner et publier).1 an + 1 semaine. Je crois que comme tout évènement marquant, lorsque arrive la célébration de la « nouvelle année », on aime à se rappeler d’un détail, une photo, une musique qui nous renvoie 1 an auparavant. Pour ma part, je me souviens parfaitement de cette journée. Il faisait frais et gris, les feuilles des arbres tombaient et j’avais eu froid en mettant un premier pied dehors. Il était 5h40 du matin à New York. Je me souviens avoir senti une sensation géniale en courant sur le tapis, quand l’adrénaline monte et que tu veux aller encore plus loin. Je me souviens exactement avoir pensé à la soeur de l’Etoile et m’être dit qu’il fallait que je lui écrive dans la même journée pour lui dire que j’avais testé une de ces recommendations new-yorkaises. Je me rappelle m’être douché, habillé, avoir envoyé la photo « bisous du matin » à l’Etoile, marché rapidement jusqu’à chez moi parce que j’étais comme d’habitude en retard. Je me souviens le sourire avec lequel j’ai dit : »Good morning » à mon concierge (Life in Upper East Side you know … Blagounette hein !), j’ai ouvert la porte doucement pour ne pas réveiller Bab’s et ai posé mes affaires pour finir de me préparer. (Et là je me rends comptes que je ne vous ai jamais parlé de Bab’s ! God ! Bab’s était la dame avec qui je vivais à New York et il faudrait un post entier pour vous raconter le phénomène ! hahah )

Après ça, les images sont plus flous. Elles sont distinctes et à la fois mélangés. Les sentiments se croisent, se bousculent, s’entrechoquent. Je me souviens avoir serré les poings très fort, et pensé à ce qu’y allait se passer maintenant ? Je me souviens avoir décroché, raccrocher, rappeler. Je me souviens de la profondeur de la douleur au fond de ma poitrine, au creux de mon coeur. Je me souviens de tout. Ce que j’ai pensé, ce que j’ai dit et ce que je me suis promis.

On passe notre vie à courir. Vers des rêves que l’on s’est juré de réaliser, vers des projets que l’on s’est promis d’accomplir, vers un avenir que l’on s’est décidé à s’offrir. Mais tout ne va pas forcément dans le sens voulu. La vie aime bien corser les choses. Et quand elle nous sort du sentier dans lequel on croyait avancer et bien on a plusieurs choix : s’arrêter, sprinter, ou trouver un nouveau rythme de croisière. Pas forcément plus vite, pas forcément plus lent. Un rythme différent.

1 an après, on se souvient de cette « date particulière ». On fait un « flashback », sorte de retour en arrière dans sa tête, et on observe ce que l’on a choisi, le rythme que l’on a adopté. Par chance, la vie nous autorise à courir accompagné(es). De valeurs, de personnes, et de croyances. Pas toujours dans le bon ordre, pas toujours au même rythme mais qui nous aident à avaler les kilomètres. Parce qu’au fond, on sait qu’il faut continuer à courir, même si la direction n’est pas certaine, on doit courir pour nous et pour les autres. On s’accroche à eux sur certains kilomètres, peut être qu’en sens inverse, sans s’en rendre réellement compte, les autres s’attachent également à nous pour réaliser une partie de leur propre course ? Nous n’en savons rien. C’est pour ça que dans le doute, il faut continuer à courir. Et non ce ne sera pas simple, non ce ne sera pas sans risques, il n’y aura pas que du plat, il faudra monter, descendre, tourner à gauche et peut être aussi à droite. Il ne faudra pas trop se retourner, en se retournant on peut perdre l’équilibre, perdre le rythme que l’on a adopté. Mais il faudra savoir apprécier les beaux moments de la course, parce qu’il y en aura. Des moments où les endorphines se libèreront pénètreront chaque particule de notre corps, nous feront sourire et nous rendre compte que oui, la vie est un peu belle.

1 an après, on se souvient. On se pose des questions sur la course que l’on a accompli bien sûr. Elle n’a peut être pas été parfaite, mais ce n’est pas ça qui importe. Ce qui importe c’est qu’on la poursuive encore. Tout aurait pu s’arrêter à cette date-là. On aurait pu dire STOP, je ne vais pas pouvoir continuer. Je n’ai plus d’air, plus de souffle, je n’y arriverai pas. Et finalement, on l’a fait, on y est allé, tête la première, yeux fermés. 1 an après, on pense à ce qu’aurait été la vie si cette date-là n’avait pas existé. Serions nous plus heureux(se) ? Moins heureux(se) ? Plus épanoui(e) ? Moins épanoui(e) ? Aurions nous changé de trajectoire ? Arrêté de courir ? On n’en sait rien et on ne le sera jamais puisque cette date là est arrivée. Ce que l’on sait, c’est qu’aujourd’hui, on en est là. A ce point là. Alors 1 an après, on regarde le ciel, on sourit aux étoiles, on reçoit chacun des rayons de soleil, ondes de bonheur qu’ils nous envoient. On n’oublie pas. On refait ses lacets, augmente le volume de la musique, on retrouve son souffle et on repart. On ne sait pas quand ni où sera la ligne d’arrivée, mais on ne se laissera pas le choix que d’y arriver .

Bisous, bisous

Quote-citation-29ade

lecieletlesetoiles

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Fabienne dit :

    Non je n aime pas pensé à ce JOUR LA
    oui je sais que tu n as pas les réponses a toutes tes questions

    Mais ce que je sais avant tout ces tour OUI tu as avancé comme une grande sur un chemin caillouteux ou parfois on se tord la cheville et tu te relèves pour te prouver ta force .
    Tu as fais un grand chemin pucé et c est très bien meme si ce jour là restera en toi et surtout cette Étoile !!!!
    Gros bisous

    J'aime

  2. Clotilde dit :

    Tu peux être tellement fier de toi ma Caro, pour toute ta force et d’avoir continué à avancé là où beaucoup de monde aurait abandonné. Continue avec cette grande motivation qui te caractérise parce que tu es la meilleure. Et, toujours une grande pensée pour toi et cet belle étoile chaque 24. Love you lots. Whenever you need me…

    J'aime

  3. Maria dit :

    Waouh ton texte .. Il est juste sublime, j’ai aucun mot pour le décrire tellement c’est beau.
    Très fière du chemin que tu as parcouru et que tu parcours encore .. Je t’admires Caro .
    Continues , t’es la Meilleure .
    Ce jour là , nous avons tous pense à ton Étoile et toi .
    Je t’envoie des millions de bisous ma jolie 💕

    J'aime

  4. Bernard dit :

    Hello Carolina
    Yes persist and keep going!!!
    You have so much behavior and strong during all this year, to continue on your own way , we are very proud of yourself
    You have a lot dreams and you will realize all your dreams, life does not decide for all of us , when you want something and you continue to go ahead with all strength in your mind and in your heart you will achieve them.
    We think to the Etoile

    Bises ma Caro,

    J'aime

  5. Martine dit :

    « Quand on ne peut revenir en arrière ,on ne doit se préoccuper que de la meilleure façon d’aller de l’avant  »
    Continue ma petite poulette .Je suis très fière de toi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s