Je fais quoi moi ? – 27.02.15

2b7fb1ae576264243febdb81ad665f2e

Bonjour, bonjour !

Toujours en vadrouille, après une courte semaine de retour à La Rochelle, je vous écris aujourd’hui de Biscarosse où je suis venue passer le week-end dans la famille de l’Etoile. Je ne vous conterais pas à nouveau mon amour pour la région des Landes, promis, vous l’avez déjà ici.

Non, assise face à l’océan sur la terrasse de ma belle maman ( vous comprenez pourquoi j’adore y aller non ?) je pense, je songe, j’imagine…

Je ne sais pas si c’est très bien, mais je fais partie de ces personnes là qui ont un peu besoin de « tout »contrôler dans leur vie. Et ne pas savoir ce que je vais faire dans les prochains mois, années qui se profilent, et bien je n’aime pas. C’est un peu psychorigide peut être que d’être comme ça, je ne sais pas ( mais promis je suis cool quand même comme fille aussi ! hahaha ). Mais j’aime savoir ce de quoi demain sera fait. Oui dans ce cas là, demain c’est « loin » et j’ai « le temps ». Mais je n’aime pas trop l’avoir ce temps là justement. De plus, il ne s’agit pas du tout d’un temps où l’on profite et où l’on vit d’amour et d’eau fraîche. Nope. Il s’agit plutôt d’un temps où il faut rechercher, prendre plusieurs directions pour se voir ouvrir le plus de portes possibles et avoir la possibilité de choisir celle dans laquelle on veut entrer. Il s’agit d’un temps où il va falloir souffler, respirer, prendre sur soi, s’armer d’énergies, ne pas se laisser abattre, rechercher, sans relâche, pour enfin parvenir à savoir quels chemins on prendra et commencer à le planifier pour qu’il ne soit pas trop encombrés d’embûches.

C’est pas facile tout ça. Vous y avez déjà été confronté(e)s vous ?

Travailler, poursuivre les études, faire un stage de fin d’études ? Oui, non, mais, et si.. Voilà ce qui trotte dans ma tête en ce moment. Si je me trompe, si je ne trouve pas, si ça ne me plaît pas, si je n’y parviens pas… ? ( On est d’accord je n’ai pas DU TOUT tendance à voir le côté négatifs des choses hein !!! ) En fait, le problème c’est l’échec. J’ai peur de l’échec. J’ai peur de me tromper. Et même si je sais qu’il n’est pas grave de se tromper et que ça aide parfois à trouver sa voie et que j’ai le droit ; je ne veux pas me tromper, parce que j’ai Peur de me tromper. J’ai peur que tout s’écroule si je me trompe. J’ai peur de décevoir. Et j’ai surtout peur de ne pas savoir rebondir ensuite.

Alors il y a l’attente, la constitution de dossier, la préparation et l’envoi de candidatures et entretiens, les recherches internet, le temps passé sur Linkedin, Civiweb, les envois d’emails et j’en passe. Je ne devrai pas avoir peur me direz-vous, je m’y prends à l’avance, il n’y a pas de quoi. Oui sauf que, je ne suis pas seule, nous sommes des milliers à faire pareil et qu’est ce qui me différencie des autres ? Je suis déterminée et j’ai envie de réussir, je veux arriver à quelque chose; quelque chose qui me ressemble moi. Qui me permette d’être heureuse, de m’accomplir, de sourire et de me donner envie chaque matin. Mais je crois qu’on est Tous dans cette situation là. Alors si jamais vous passez par là, et que vous avez quelques conseils à me donner, je suis preneuse, à 1000% 🙂

En attendant, je vais tenter (parce qu’on est d’accord que cela est plus facile à dire qu’à faire) de me dire que de nouvelles portes vont s’ouvrir peut être plus belles, plus enrichissantes, meilleures que ce qui était prévu. Finalement, ne dit-on pas que la vie commence à la fin de sa zone de confort ?

Je crois que t’as raison l’Etoile, mais dis, je peux rester une enfant toute la vie ? Hihihi. Non promis, je sais que ça va aller. Je suis pas une mauviette tu le sais.

Et vous, vous avez déjà vécu ça ? Vous y êtes en ce moment ? Dites moi tout, n’hésitez pas, ensemble on peut partager pleins de choses je suis sûre 🙂

Bisous, bisous

lecieletlesetoiles

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Clotilde dit :

    1ère décision, venir me voir. Tu feras les bons choix ma Caro. Love ❤

    J'aime

  2. Fabienne dit :

    On fait toujours des choix dans la vie sans savoir si c est le bon mais l important c est de s épanouir
    Tu y arriveras sans aucun doute mais profite aussi des instants présents
    Bisous ma poulette

    Aimé par 1 personne

  3. Anne Sophie dit :

    Coucou ma belle 🙂

    Comme toi j’ai cette (horrible) tendance à aimer que tout soit carré, j’aime savoir ce que l’avenir me réserve, et si ce n’est pas le cas, c’est source d’angoisses.. mais d’angoisses avec un grand A !

    C’est à la fois une qualité et un défaut.

    C’est un défaut parce que ça nous bouffe la vie, ça nous déclenche des crises de stress « j’ai peur, je ne sais pas où je vais, et si je me trompe dans ma décision, et si j’y arrive pas ? ma vie sera foutue ? oui c’est certain, je ne m’en relèverai JAMAIS ! » combien de fois j’ai pu répéter ces phrases ?? (tu remarqueras que je suis une angoissée de la vie puissance 1000 et je ne suis pas du tout excessive dans mes réactions ahaha !)
    Ce n’est pas facile à vivre cette envie de tout contrôler.

    Mais en même temps c’est une force, car le fait d’être angoissée par l’avenir montre que l’on se soucie de notre avenir, que si on choisi une profession c’est pour être épanouie dans cette profession, et cela même dans 20 ans.
    La peur de l’échec est également une force, car elle nous pousse à nous dépasser, c’est une très bonne motivation. C’est terrible à vivre, ce sont des mauvais moments remplis d’incertitude et de stress, où on se met la pression, mais le résultat est là.

    Je ne sais pas si ça t’intéresse de connaitre mon parcours mais je vais quand même te le raconter (sait on jamais, si ça peut être utile) : malgré le fait de m’être intéressée assez tôt à mon avenir, je me suis trompée de voie. J’ai mis 6 années à m’en rendre compte car j’ai eu du mal à accepter le fait que j’ai pu me tromper. Et l’annoncer à ma famille a été très difficile. J’ai passé des nuits entières à pleurer, j’ai eu tellement de mal à accepter ce que je vivais comme un échec. J’avais déjà tout prévu, la fin des études et le mariage à 23 ans, les enfants autour de 25 ans… (ahaha en écrivant cette phrase je m’auto fais peur !!! Mais en fait je suis une vraie psychorigide ?!!)
    J’ai finalement commencé médecine à 24 ans, je n’aurais pas fini avant 32 ans, mon premier enfant ne sera hélas pas avant que mes parents n’aient atteints la soixantaine, j’ai perdu beaucoup d’amis car je ne suis pas disponible pour sortir tous les weekends… Mes plans si carrés ont été chamboulés. Moi qui voulais une vie parfaite, une famille parfaite, je me retrouve à avoir une vie un peu atypique. Et qu’importe, car j’adore ce que je fais, je sais que j’ai trouvé la voie qui me rend heureuse et c’est un réel soulagement pour l’avenir.
    Tu vois, on peut être « psychorigide », phobique de l’échec et malgré tout se tromper, l’assumer et rebondir!

    Donne toi à fond pendant ta recherche, n’hésites pas à contacter des amis d’amis qui ont fait telles ou telles études, tel ou tel stage, leur demander comment se passe leur quotidien, pour connaitre les avantages et les inconvénients de chaque métier que tu envisages. Ca te donnera un mini aperçu de ce qui t’attends, même si chaque parcours est différent.

    Pour finir je te dirai juste que c’est important de se poser les bonnes questions au bon moment, mais surtout n’oublie jamais que le hasard nous conduit aussi parfois vers de belles choses, de belles rencontres, de belles découvertes, il faut faire confiance à l’avenir. Et si tu as l’impression d’avoir fais le mauvais choix, de te diriger vers la mauvaise direction, de ne pas être à ta place, sache que rien n’est définitif, tu pourras toujours réajuster le tir. Toujours.

    J'aime

  4. Jess dit :

    J’ai connu toutes ces interrogations et je les connais à nouveau aujourd’hui.
    Le marché de l’emploi est tellement difficile, les recrutements ne sont pas ce que l’on imagine.
    Les compétences et la persévérance ne suffisent pas toujours. Mais si j’ai appris quelque chose au cours des ces dernières annees c’est que malgré tout… Les choses se passent comme elles doivent se passer : des périodes fastes succèdent aux difficultés et d’un seul coup les périodes fastes reviennent sans explication… Tout rentre dans l’ordre et chaque chose trouve sa place.
    Courage en tout cas. Je suis aussi une vraie contrôle freak obsédée par le besoin de ne jamais se tromper.

    J'aime

    1. C’est exactement ça. Espérons comme tu le dis que les choses trouveront leur place et rentreront dans l’ordre.

      Merci beaucoup pour ton commentaire Jess 🙂
      Caro

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s