Qu’est ce que c’est ? – 08.12.14

RE

Je me surprends souvent à observer les gens et m’imaginer la vie qu’ils ont. Je ne sais pas vous, moi j’adore. C’est un peu étrange je vous l’accorde, car c’est un peu comme si je crée des personnages. Mais j’aime bien me dire que « ces petites filles viennent de sortir de l’école où leurs parents les attendaient avant de rentrer à la maison boire un énorme chocolat chaud en commençant la liste au Père Noel », « que ces dames sont amies depuis toujours et qu’elles ont passé leur samedi à gossiper tout en faisant les magasins »… enfin. Je m’imagine toujours que les gens sont heureux et bien dans leurs chaussettes.

Mais l’autre jour, une fille est passée à côté de moi, elle semblait toute triste et je me suis alors demandé pourquoi. Puis, j’ai continué mon chemin en espérant qu’elle serai assez forte pour surmonter sa peine qu’elle quelle soit.

re4

RE5

J’en suis donc venue à la réflexion suivante :  » Être fort, ça veut dire quoi ? « . Quand quelqu’un est victime d’un malheur on lui demande d’être fort pour le vaincre n’est ce pas ? On lui explique qu’il ne faudra pas se laisser aller, qu’il faudra avoir du courage et le surpasser. Mais qu’est ce qu’on entend vraiment par être fort ? Leur demander de sourire et d’être heureux pour avancer ?

Et si être fort c’était juste pleurer quand on est triste, parler de sa peine quand on en ressent le besoin pour apprendre à l’accepter, et sourire lorsque l’on en a envie sans se demander ce que les autres vont en penser ?

Oui, je crois que lorsque l’on est triste, il nous arrive de culpabiliser durant les brefs et rares moments de bonheur car nous ne savons pas comment les autres les interpréteront. Se diront-ils qu’il nous a fallu peu de temps pour oublier notre peine ?  Que par conséquent nous n’y attachions pas tant d’importance ? Que nous l’avons utilisé pour se faire plaindre et se sentir entourée ?

Être fort ne serait-ce donc pas savoir passer outre toutes ces questions, et apprendre à faire de ce nouveau sentiment une partie intègre de soi ? Pourquoi faudrait-il cacher sa tristesse pour que les autres nous pensent fort ?  Pourquoi faudrait-il être entouré alors que l’on a seulement envie de se retrouver seul ? Des larmes cacheraient-elles une faiblesse et un sourire une force  ? Je n’en suis pas sûre. Je crois que la force se trouve dans l’acceptation. Être vrai et ne pas se mentir à soi même. Pleurer, parler, crier, chanter, sauter, taper quand on en a envie pour pouvoir avancer. Ne pas brûler les étapes. Faire de ce nouveau sentiment une partie de soi, comme on s’approprierai un nouveau bonheur. Je crois qu’être fort réside là. Vivre avec et non à côté.

re3

RE7

RE6

re8

Vous en pensez quoi vous ? 

lecieletlesetoiles

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Clotilde dit :

    Très bel article et bien résumé. Je suis d’accord avec toi, je pense que comme tu l’as dit être fort c’est vivre avec et pas à côté. Être triste quand on le ressent et être heureux quand c’est le cas aussi sans se soucier de ce que les autres pensent.
    PS: Tu as trop la classe avec ton bonnet sur la photo
    PS2: Demain ne rentre pas dans des boîtes 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s