Ma première course – 01.12.14


IMG_9767

Jeudi 28 novembre, le dernier jeudi du mois de novembre signification de la plus GRANDE fête américaine célébré dans l’année : la Thanksgiving.

Vous avez sans doute déjà entendu parler de la Thanksgiving, dans une série, un film ou bien juste comme ça. Et sinon, je vous en parlerai. Mais je vous en parlerai dans un prochain article. Car aujourd’hui ce n’est pas de ça dont j’ai envie de vous parler. Je voudrais vous raconter ma première course.

Courir pour moi ça a été compliqué. Je l’ai longtemps détesté cette course. Au collège et au lycée d’abord, où il fallait faire de satanées tours de stade. Je faisais partie de l’équipe de filles qui était bizarrement indisposée chaque semaine, en admirant du coin de l’oeil celles qui n’avaient pas peur de se confronter aux garçons. J’étais, comme le disait mon prof d’éducation physique « une feignasse » ( mot qui fait particulièrement plaisir à 14 ans et qui te booste à dépasser tes limites nous sommes d’accord ! ).

J’ai toujours fais du sport; gymnastique, natation, danse classique et moderne, ski l’hiver… Un peu de tout mais rien dans lequel j’excellai. Et dés qu’il s’agissait de courir j’étais la dernière sur les bancs. Mais pourquoi ? Pourquoi était-ce si compliqué ?

Courir c’est un peu un dépassement de soi. C’est un sport individuel. La motivation on la puise en soi. Des athlètes, des amis, des phrases ou photos inspirantes peuvent aider à l’entretenir cette motivation. Mais pour qu’elle s’installe et que l’on découvre le plaisir de courir et de progresser il faut qu’elle vienne du corps et de l’esprit propre à soi-même. Il faut apprendre a pousser son corps, au delà de sa zone de confort.

Comme je vous le disais, j’ai mis beaucoup de temps à l’avoir cette motivation. Et je ne vous mentirai pas en vous disant qu’elle est présente à chaque fois que j’enfile mes baskets. Non. Il y a des jours j’ai juste envie de dire  » No way ! Aujourd’hui je peux pas ». Cependant, elle est bel et bien là la plupart du temps, et souvent je me réveille ou m’endors contente en sachant que je vais aller courir. Et les jours « sans », les amis/parents/photos et phrases motivantes m’aident et me font sortir du lit tout de même. J’ai commencé à courir un peu par ci par là lors de ma première expatriation à Amsterdam.

J’ai toujours été affecté par l’image de mon corps. Cette image que je vois dans le miroir ne me plaît pas. Alors, lorsque je n’ai plus pu faire de sport régulièrement parce que j’avais changé d’environnement il a fallu que je trouve quelque chose. Donc le plus simple, même si c’était également le plus contraignant pour moi, ce fut d’aller courir. Mais il ne s’agissait de rien de régulier, juste de petites courses de temps à autre pour « bouger ».

Puis j’ai enchaîné avec un stage de 3 mois dans le Nord de l’Angleterre ( Sheffied ). Sheffield c’est une petite ville industrielle, à quelques heures de Manchester, typique de l’Angleterre des années industrielles avec son malheureux lot de pluie ( ça aussi je vous en reparlerai ). Là je me suis inscrite à une salle de sport géniale, plus par but d’occuper mon temps libre que par réelle motivation mais bon. Une fois inscrite, j’ai commencé à me prendre au jeu. Des séances par ci par là, une de step, une d’abdos-fessiers, on arrive en avance on file courir un peu sur le tapis, zumba, body-pump… et puis j’ai commencé à voir quelques changements sur mon corps. Rien qui me faisait me prendre pour un ange des Victoria’s Secret rassurez-vous, mais quelques changements qui font que l’on a envie de poursuivre, de s’y atteler et de se dépasser. Parce qu’au fond, on peut dire ce que l’on veut; le sport ça nous fait nous sentir MIEUX. Oui c’est dur de s’y mettre, non les séances ne deviendront jamais plus simples, oui il faut souffrir, non les progrès ne se feront pas tout seul. Mais OUI vous vous sentirez plus fort mentalement et physiquement, OUI vous réaliserai des choses que vous n’auriez jamais pensé réaliser auparavant, OUI il vous aidera tant dans la vie professionnelle, que personnelle. Bien évidemment, chacun d’entre nous sommes différents et je parle ici de ma propre expérience. Pour moi le sport c’est l’évasion et la possibilité de me dire que « OUI j’y suis Arrivé. Moi toute seule ». Toutefois j’adore lire d’autres récits d’expérience, et je vois que pour beaucoup d’entre nous le sport a ce même effet d’adrénaline.

Enfin voilà, jeudi dernier j’ai réalisé ma première course et c’était important pour moi d’en parler ici. Important d’écrire ça noir sur blanc. Important de savoir que ça s’est passé, que je l’ai fait. Donc pour vous en parler, je vais répondre à un petit questionnaire, je trouve ça chouette comme je viens déjà de vous écrire un roman. Vous me direz ce que vous en pensez ?

La course ? 32nd Turkey Chase Bethesda-Maryland

La préparation ? Une préparation que je dois améliorer après ce premier run. 4 séances par semaine dont je vous reparlerai si ça vous intéresse.

Le parcours ? Un parcours assez difficile de mon point de vue. Je ne le connaissais pas du tout. De nombreux faux plat sur des distances relativement longue, il était nécessaire de gérer sa foulée en fonction des montées/ descentes pour équilibrer le rythme.Mais un parcours pas du tout monotone donc intéressant !

LA Chanson motivante ? Reminds me of you – LMFAO ( car je visualise l’Etoile y danser dessus )

UN moment à retenir ? Ca existe les gens qui se sont arrêté au premier mile ET qui mangent DEUX donuts à l’arrivée !!! Really !

Le moment le plus dur ? Arriver en haut de la première côte et voir toutes les autres qui attendent.

Un regret ? Une meilleure préparation m’aurait fait faire un meilleur temps. Mais je suis passé en dessous des 1heures que je m’étais fixée.

Point + ? Faire sa première course aux US où ils sont dans l’exagération pour tout.

Point – ? Les gens qui s’arrêtent d’un moment à l’autre et qui ne se mettent même pas sur les côtés.

Les mille pensées durant la course ? « Je suis vraiment en train de le faire ? » « Je fais une course ! Youpi ! »  » Elle fait quoi elle ? » « Il s’arrête vraiment là ? Devant moi ? En pleine descente ? C’est une blague ! » « Plus de gobelets par terre encore ! » « Une côte allez allez tu peux le faire » « Une côte ? Encoreeeeee !!! » « Ah du soleil ! » « Oh une boulangerie française! je me demande si il y a des gens qui s’y arrête ? » « Allez on augmente la foulée » « Je vais m’habiller comment après? »

Questions ? Pourquoi les faux plats existent ?! 😉

Vous faisiez partie de qu’elle équipe vous au collège/lycée ? La mienne ou les tueuses qui se confrontaient aux garçons ? Et maintenant, vous faites partie de qu’elle équipe ?

lecieletlesetoiles

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s